Vous souhaitez apprendre à vous défendre? Découvrir un art martial complet et moderne? Faire du sport dans une ambiance convivial? L'Institut Vovinam Việt Võ Đạo de Paris (IVVP) vous accueille toute l'année pour vous faire découvrir, le Vovinam-Việt Võ Đạo.

Les cours ont lieu au Dojo Fair Play Sport (Paris 20e)

Consultez les horaires et tentez l'expérience.
1 Cours d'essai gratuit - Inscription toute l'année.

L’histoire

Il est difficile d’établir avec précision l’origine du Vö (l’art martial vietnamien).

Les historiens ont découverts dans le nord du Vietnam, des peintures rupestres, des objets, qui nous permettent de situer ses origines à plus de 3000 ans avant Jésus christ. L’Empereur Hung Vuong Ier est généralement honoré comme fondateur de l’art martial vietnamien, car s’est sous sa dynastie (2189 –288 av JC) que l’Art martial, la philosophie et la médecine se structurèrent. Durant la période de 111 av J.C à 906 après JC, le peuple vietnamien dut faire face à de nombreuses invasions, ce qui redonna un certain essor à l’art martial, l’art militaire. Cet art martial fut sans cesse perfectionné au cours des diverses périodes durant lesquelles le Vietnam dut affronter d’autres envahisseurs, s’imprégner d’autres cultures, jusqu’à un passé pas si lointain, où l’enseignement et la pratique de l’art martial furent même interdits.

Le maître fondateur

Ce n’est qu’en 1938, grâce à l’œuvre de Maître Nguyen Loc., que les arts martiaux vietnamiens, retrouvèrent leur place dans l’histoire du peuple vietnamien. Né en 1912, il se passionna, dés son plus jeune âge, pour les arts martiaux et la philosophie. Après avoir acquis les bases de l’art martial, il partit sur les conseils de son maître sillonner le Vietnam afin de parfaire ses connaissances auprès des plus grands maîtres, découvrant au cours de son périple d’innombrables documents anciens jusqu’à lors dispersés ou oubliés. Dès 1938, il commença la codification et la structuration des techniques, et créa le mouvement Vo Vietnam. Un ans plus tard à Hanoi, le maître présenta officiellement le mouvement Vovinam Viet Vo Dao et commença à dispenser son enseignement au grand public. Avant de s’éteindre à Saigon en 1960, il désignera maître Le Sang comme son successeur.

le Grand Maître Le Sang

Maître Lê Sáng – Le brillant successeur du Maître Fondateur Nguyễn Lộc

La famille de Maître Lê Sáng résidait à l’origine dans la province de Thanh Hóa, il est né en automne 1920 ( l’année du Chien ) dans une maison sur les rives du lac Trúc Bạch de Hà Nội. Il était le fils aîné de Monsieur Lê Văn Hiển (connu professionnellement en tant que Đức Quang, 1887 – 1959) et de Madame Nguyễn Thị Mùi (1887 – 1993). Ses deux soeurs sont Lê Thị Xuất (1927-2004) et Lê Thị Hương (née le 12-9-1937).

Début 1939, après avoir souffert d’une grave maladie le laissant avec des difficultés pour marcher, il a suivi le conseil de sa mère et a commencé l’étude des arts martiaux afin de renforcer ses jambes et d’améliorer sa santé.
La chance l’a conduit au cours de Vovinam du Maître Fondateur Nguyễn Lộc à l’Ecole Normale de Hà Nội au printemps 1940. Grâce à son don naturel pour le sport, son intelligence et sa pratique assidue, il a été choisi après seulement quelques années par le Maître Fondateur Nguyễn Lộc pour participer à la formation d’autres personnes à Hà Nội.
A partir de ce moment, il est devenu aussi proche du Maître Fondateur qu’un jeune frère peut l’être par rapport à un grand frère. Il a partagé avec lui son labeur et ses épreuves, le suivant alors qu’il enseignait l’art du Vovinam en de nombreux endroits au Nord du Việt Nam: Hữu Bằng, Chế Lưu, Ấm Thượng, Thanh Hương, Đan Hà, Đan Phú..etc…

Fin de 1954, le Maître Lê Sáng accompagna le Maître Fondateur Nguyễn Lộc au Sud. C’est là qu’il se vit attribué la tâche d’enseigner quelques classes de Vovinam à Sài Gòn et à la province de Gia Định. A la fin 1957, lorsque le Maître Fondateur tomba malade, le Maître Lê Sáng reprit l’entraînement pour tous les disciples du Maître Fondateur; et a ouvert consécutivement trois écoles dans la rue de Trần Khánh Dư (district de Tân Định ), Sư Vạn Hạnh ( près de la pagode d’Ấn Quang ), à l’angle de la rue de Trần Hưng Đạo et Huỳnh Mẫn Đạt (aussi connu comme le Moulin Rouge – le nom d’une salle de danse inactif )…

En avril 1960, juste avant son décès, le Maître Fondateur lui à donné la charge de mener son école Vovinam. Début 1961, en raison de l’interdiction des arts martiaux à Saigon, le Grand Maître Lê Sáng fut obligé de se rendre à Buôn Ma Thuột et Quảng Đức pour aider Mr Nguyễn Hải ( le frère du Grand Maître Fondateur ) d’exploiter une plantation de caoutchouc et de bois.
C’est là qu’il travailla jusqu’à la fin 1963 lorsque la pratique des différentes arts martiaux fut à nouveau autorisée à Sàigòn. Alors, il y retourna et se plongea dans le travail avec une équipe actif afin de rétablir, consolider et développer le Vovinam.
En sa qualité de plus proche et plus avancé disciple, avec presque 20 ans de travail au côté du Maître Fondateur, Maître Patriarche Lê Sáng bénéficiait une connaissance inégalée de la philosophie et des techniques ainsi que la personnalité la plus profonde .
C’est avec son éthique, son dévouement et son talent naturel, Maître Patriarche Lê Sáng a bien maintenu l’unité dans l’école ; ainsi que grâce aux contributions de plusieures générations de maîtres, instructeurs,élèves et ses proches, Maître Patriarche Lê Sáng a pu développer les idées du Maître Fondateur Nguyễn Lộc.
Il a transformé l’art martial « Vovinam Việt Võ Đạo » en une philosophie avec un système d’entraînement à la fois scientifique, technique et pragmatique comme nous le connaissons aujourd’hui.

Au milieu des années 60, malgré des circonstances contraignantes, il a non seulement dirigé le mouvement du Vovinam mais il a aussi passé ses journées à entraîner les élèves et ses nuits à écrire des livres et des articles, structurant ainsi la philosophie des arts martiaux du Maître Fondateur.
L’idéologie dirige les disciples du Vovinam-Việt Võ Đạo vers une philosophie de vie noble:
Vivez pour vous-même, aidez les autres à vivre et vivez pour tous .
Ainsi, un disciple du Vovinam-Việt Võ Đạo se dote non seulement de la capacité à dépasser les faiblesses de son corps et de son esprit, à organiser pour lui-même une vie convenable, mais il a aussi la responsabilité d’aider les autres à mieux vivre et doit être prêt à sacrifier ses propres avantages matériels ou immatériels pour servir l’intérêt commun de l’art et de la société en général…

Par ailleurs, Maître Patriarche Lê Sáng améliorait et affinait constamment les techniques du Vovinam-Việt Võ Đạo afin qu’elles deviennent encore plus complètes et utiles, convenant ainsi pour diverses personnes.
Même à un âge très avancé, il a poursuivi ses recherches et a amélioré le programme technique afin de l’adapter à une nouvelle phase de développement lorsque Vovinam-Việt Võ Đạo a commencé à montrer une grande croissance outre-mer suite à une première étape initiée en France dès 1973.
Toutes les contributions importantes du Maître Patriarche Lê Sáng sont un prélude à ce que le mouvement du Vovinam-Việt Võ Đạo se développe, prospère et se répande graduellement dans plus 40 pays à travers le monde, laissant ainsi une grande impression de la tradition des arts martiaux vietnamiens ainsi que de l’identité culturelle du peuple du Vietnam.

De plus, le Maître Patriarche Lê Sáng a été élu pour servir en qualité de Secrétaire Général de la Direction Générale des Arts Martiaux du Vietnam du Sud ainsi que de Trésorier Général du Comité Olympique du Vietnam du Sud pour plusieurs mandats consécutifs (à partir du début des années 1960 et au début des années 1970). Pendant ce temps, avec un sens élevé de responsabilité, de compétence et d’impartialité dans le travail, il a eté honoré par plusieurs personnages officiels du sport et maîtres d’autres écoles martiales.
Non seulement un expert des arts martiaux, un dirigeant capable avec de grandes compétences en management, le Maître Patriarche Le Sang était un homme talentueux.
C’est avec des traits de calligraphie clairs et sublimes qu’il a composé de nombreux poèmes plein d’émotion profonds et intimes ainsi que d’esprit martial.
Certains poèmes de Maître Patriarche (pseudonyme de Quang Vũ, Huy Vũ) ont été mis en musique.
Dans la vraie vie, Maître Patriarche vivait de manière simple, toujours prêt à aider ses amis et démontrant à chaque occasion une réelle sincérité lorsqu’il rencontrait d’autres personnes.
Pour ses disciples, il était un maître généreux, aimant et tolérant. Lorsque ses parents tombèrent malades, il s’est occupé d’eux de manière particulièrement prévenante, attentionnée et en restant toujours à leurs côtés.
Tout au long de sa vie, le Maître Patriarche était aussi un exemple modeste, sans cesse étudier, s’instruire tout seul pour être en mesure de répondre à la lourde responsabilité que Maître Fondateur lui a donné sa fiducie.
Soi-même ou l’école devaient faire face aux difficultés et des défis, il a toujours gardé sa personnalité, sa persistance, son acharnement de travail avec optimisme, la confiance en un avenir meilleur.

Pendant presque une année, bien que sa santé se détériorait, l’esprit de Maître Patriarche Lê Sáng est resté parfaitement lucide et brillant.
Même dans les derniers jours de sa vie, luttant contre la maladie, Maître Patriarche a démontré sa haute conscience des responsabilités quant à la mission du Vovinam en préparant le transfert des responsabilités de la direction au Conseil des Maîtres du Vovinam-Việt Võ Đạo.
Vivre en célibataire jusqu’à sa mort, sans la charge de famille, aimer lire les livres et journaux, pénétrer la philosophie Orientale et c’est aussi le meilleur élève du Maître Fondateur Nguyễn Lộc; Maître Patriarche Lê Sáng a sacrifié presque toute sa vie à la construction et au développement du Vovinam-Việt Võ Đạo.

C’est après une période de maladie grave que le 27 septembre 2010 à 3h00 du matin, ou le 20 Août du calendrier lunaire de l’année du Tigre, Maître Patriarche Lê Sáng a suivi le pas du Maître Fondateur vers l’éternité, mort à l’âge de 91 ans.

Le départ du Maître Patriarche Lê Sáng est une grande perte pour les arts martiaux et la voie martiale en général et un immense malheur pour tous les disciples de Vovinam-Việt Võ Đạo dans le monde entier.

Ecrit par Tam, traduit en français par M. Frédéric Frah

Avant sa mort le Maître Patriarche Le Sang à désigner deux groupement de maître pour poursuivre et diriger le développement du Vovinam-Viet vo dao au Vietnam et dans le reste du monde :

Hội Đồng Võ Sư Chương Quản.pdf et Hội Đồng Võ Sư Tương Trợ Hải Ngoại